Le 2 juillet 2011, une météo de folie...


Le 2 juillet 2011 s'est révélé être une excellente journée, et même "la journée de l'année". P² nous raconte...

Le matin avant 9h, le LS6 et l'ASW24 sont montés rapidement... On sent la grosse journée avec une belle descente d'air froid du nord. Eric et Fred ballastent le LS6 et le LS8. Avant 10h, le LS6 et l'ASW24 sont alignés en 04 et prêts à partir, il ne reste plus qu'à définir le circuit...

Vers 10h15-10h30, les petits cumulus commencent à bourgeonner de façon impressionnante comme jamais je ne l'avais vu. En analysant les cartes de prévisions de Wetter-Jetzt, on sent qu'il ne faut pas trop aller dans le sud-ouest (à moins d'être maso et d'aimer le thermique pur sur la Sologne) et pas trop dans le nord-est (un autre type de plaisir avec des étalements prévus). On part sur un 750 km comme prévu sans vraiment y croire (mais "on ne sait jamais, sur un malentendu..."), avec comme premier point Aubigny-sur-Nère (au sud de Sully-sur-Loire), puis Pont-Saint-Vincent, et un dernier point permettant de revenir sur Châlons, et d'écourter au cas-où : Dormans.

Eric et moi partons au treuil ensemble, et Fred au remorqueur un peu après. Et dès le départ, on enroule un thermique très correct de 1,5m/s jusqu'à 1000m QNH, et pourtant il n'est que 10h45... On aurait certainement pu partir une demi-heure plus tôt...
Ca chemine du tonnerre, et j'ai la pression avec Eric et Fred derrière, ballastés et en configuration 18m (ça va être dur de les suivre). Je prends ma première pompe à 70km du départ après avoir perdu 300m en volant à 130km/h de moyenne (avec un petit vent arrière pour aider)... C'est de la folie !
Ca avance vite, et arrivé à Sens, je fais ma première boulette dans le cheminement et Eric m'abandonne.
Passé la Loire, les cumulus commencent à se faire rares et ça commence à devenir un peu plus mou. Heureusement qu'on a décidé de ne pas aller plus loin...
A Aubigny, Fred m'a rattrapé, et c'est parti maintenant pour la plus grande branche... 300km. Petit à petit mais sûrement, Fred passe devant et nous laisse sur place. A partir des Lacs de la forêt d'Orient, les conditions deviennent moins faciles avec des zones sans cumulus, d'autres avec un peu trop... ça commence à s'étaler.
Eric fait du tourisme un peu avant Pont-Saint-Vincent, et moi, suite à un excès d'optimisme, je m'y arrête 10 minutes pour y admirer le terrain et quelques planeurs locaux dont une aile volante.
Finalement, on repart Eric et moi de Pont, mais après quelques kilomètres, je me trompe encore dans le cheminement, et Eric reprend la main. Les cumulus redeviennent beaux et s'alignent de nouveau. Ca chemine de nouveau très bien. Moi, mon estomac commence à me travailler, et je ralentis le rythme et je prends les pompes à plat...
Un peu avant Dormans, Fred tombe en panne de batterie et son logger n'enregistre plus... le moral en prend un coup. Il ne lui reste plus que le PDA pour enregistrer le vol. Eric passe devant à ce moment-là, et la rentrée depuis Dormans n'est plus qu'une formalité pour nous trois. Eric rentre le premier en ayant volé à 108,8km/h, puis quelques minutes après Fred à 108,6km/h, et enfin le dernier wagon arrive à 18h05 avec une moyenne de 105,1km/h.

Il restait encore une à deux heures de vol, et les 900km étaient faisables sans problème... A quand les 1000km au départ de Châlons-Ecury ?

Ce jour-là, d'autres beaux circuits ont été réalisés :
- Nicolas Mouls en Pégase, avec un comme prévu de 604km ;
- Simon Cadot en Pégase, avec son premier comme prév de 504km :
- Geoffrey Bablot en Pégase, avec 505km ;
- Yves Dreux en LS6, avec 504km ;
- Julien Buret en LS4, avec 412km ;
- Serge Bédouet en Pégase, avec un comme prévu de 329km ;
- Pierre Aubert en LS3, avec 356km ;
- Benoit Gérardin, qui venait juste d'être lâché campagne, et qui a fait 182km en Astir CS.

L'ACVV a encore de beaux jours devant elle !